Vous êtes ici : > Accueil > Agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP). La moins mauvaise des solutions pour répondre à un échec de 40 ans.

Agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP). La moins mauvaise des solutions pour répondre à un échec de 40 ans.

26/02/2014 15:54 par Site Administrateur

Devant l'échec collectif du non respect de la loi depuis 40 ans, le gouvernement a sans doute choisi la moins mauvaise des solutions. Les déclarations doivent maintenant rapidement se concrétiser. Car le temps est compté ! Plus que des promesses entendues depuis trop longtemps, les adhérents de la FNATH attendent une concrétisation rapide dans leur vie quotidienne.

39 ans après la loi de 1975 et 9 ans après celle de 2005, la Fnath ne peut faire qu'un constat d'échec de l’application des dispositions relatives à l'accessibilité pour les personnes handicapées. Un échec d'autant plus cuisant et incompréhensible que notre société n'a cessé depuis 40 ans de vieillir, avec des difficultés accrues pour les personnes en perte d'autonomie liée à l'âge. Les explications sont nombreuses : manque de moyens financiers, de volonté des politiques ou des gestionnaires d'établissements recevant du public qui ont réduit, pour certains d'entre eux, l'accessibilité à des "mesures de confort" pour les personnes handicapées…

Mais le constat d’échec, si insupportable soit-il pour les personnes handicapées ne peut suffire. Les arbitrages rendus par le Premier ministre entérinent la création des Ad´AP, prévoyant au maximum trois périodes de trois ans, soit 9 ans, selon la catégorie et la complexité des patrimoines.

Ce nouveau délai reste difficile à accepter pour la FNATH, 40 ans après l'adoption de la loi de 1975. Mais il n'en reste pas moins que ce dispositif reste la moins mauvaise des solutions, à condition qu’il s'accompagne dans la durée par une mobilisation de l'ensemble des acteurs. Cette nouvelle impulsion doit se traduire dès la première période de trois ans par une amélioration visible et massive de l’accessibilité dans la vie quotidienne des personnes handicapées. C'est pourquoi la FNATH relève avec satisfaction que les établissements recevant du public de proximité (ERP de 5e catégorie) devront être accessibles au terme de la première période.

La FNATH invite les candidats aux élections municipales à se positionner clairement sur cette question et à prendre des engagements. Leur prochain mandat sera essentiel pour le respect de ces obligations.



Partager

Les commentaires sont fermés.

Réalisé avec © Franceasso.org