Vous êtes ici : > Accueil > Report partiel du compte pénibilité Une nouvelle reculade défavorable aux victimes du travail

Report partiel du compte pénibilité Une nouvelle reculade défavorable aux victimes du travail

02/07/2014 12:01 par Site Administrateur

La FNATH et l’Andeva ont pris connaissance dans la presse de l’annonce du report partiel de l’entrée en vigueur du compte pénibilité. Une reculade inacceptable du Gouvernement cédant aux appels d’un patronat qui n’a aucune considération pour les victimes du travail.

« Triple peine », « usine à gaz », le patronat avait utilisé tous les qualificatifs pour critiquer le compte pénibilité. Des propos particulièrement indécents alors que la seule triple peine qui existe est celle qui touche les salariés exposés à des conditions de travail pénibles :
  • la peine des séquelles physiques et mentales des conséquences de la pénibilité,
  • la peine liée à la diminution des ressources dès lors que les personnes sont licenciées pour inaptitude dès 50 ans,
  • la peine sociale de salariés condamnés à l’exclusion du marché du travail en raison de leur état de santé. Usés par les expositions professionnelles subies tout au long de leur carrière, ils n’ont aucune chance de retrouver un emploi.
Ironie de l’histoire, le Premier ministre a choisi d’annoncer sa décision le jour où le ministère du Travail publie son enquête nationale sur les conditions de travail montrant une reprise de l’intensification du travail. De l’avis des spécialistes, c’est un facteur de dégradation des conditions de travail qui va pénaliser encore davantage le maintien dans l’emploi des salariés vieillissant. On ne peut pas indéfiniment repousser l’âge de la retraite sans veiller à la soutenabilité des postes de travail.

Déjà, en raison de l’opposition du patronat, le dispositif pénibilité ne prenait pas en compte les expositions passées à des conditions de travail pénibles. C’est donc une sérieuse lacune pour les personnes en fin de carrière, alors que se multiplient les licenciements pour inaptitude médicales et que grimpe le chômage des seniors.

Mais, malgré ses insuffisances, le compte pénibilité constituait une avancée en permettant aux personnes exposées (à compter du premier janvier 2015) à des conditions de travail pénibles de bénéficier de formation, d’un temps partiel aménagé ou d’une retraite anticipée. La création de ce compte répond à une question simple de justice sociale devant concourir à corriger les inégalités de vie des travailleurs selon leurs catégories sociales.

Reporter l’entrée en vigueur revient à différer encore un peu plus une mesure indispensable pour compenser le recul de l’âge de la retraite qui pénalise les ouvriers ayant eu des conditions de travail difficiles et peinant à conserver leur emploi.

Reporter l’entrée en vigueur revient à nier l’impact des conditions de travail sur l’espérance de vie, alors que les inégalités sociales dans le domaine restent particulièrement fortes.

Reporter l’entrée en vigueur du compte pénibilité revient à sacrifier les victimes du travail uniquement pour permettre que se tienne une conférence sociale dont les résultats semblent compromis.

Reporter l’entrée en vigueur du compte pénibilité revient enfin à revenir sur une des rares mesures sociales adoptées ces derniers mois.


Partager

Les commentaires sont fermés.

Réalisé avec © Franceasso.org