Vous êtes ici : > Accueil > Télémédecine : des négociations conventionnelles à huis clos

Télémédecine : des négociations conventionnelles à huis clos

19/01/2018 17:34 par Jean PERROT

  

Des négociations s’engagent entre les syndicats de professionnels de santé et l’assurance maladie pour définir les modalités de prise en charge des actes de télémédecine. Quand on sait l’importance que prend le mode de financement d’une pratique médicale pour assurer son développement, on ne peut que s’inquiéter du fait que l’ensemble des acteurs concernés par la télémédecine, au premier rang desquels les usagers, ne soient pas associés à la négociation.

La télémédecine occupe en effet une place importante dans le plan de lutte contre les déserts médicaux présenté par le gouvernement en octobre dernier. Sans que la téléconsultation et la télé-expertise ne puissent représenter seules des palliatifs à l’absence de médecins installés dans les territoires, on a bien conscience que le recours à ces technologies peut et doit participer aux réponses à apporter à l’enjeu essentiel de la désertification médicale.


Or, on voit mal comment la négociation de l’avenant conventionnel avec les professionnels de santé libéraux va pouvoir prendre en considération les attentes de l’ensemble des acteurs, qui seront tout aussi nécessaires au développement de la télémédecine dans une démarche d’accès aux soins, en l’absence de leurs représentants : collectivités locales, fournisseurs d’accès, industriels développant les produits et services permettant d’opérer la télémédecine, représentants des usagers…

La question de la rémunération des professionnels de santé est un aspect incontournable du développement pertinent de la télémédecine, mais on doit y répondre en fonction d’objectifs prioritaires de santé publique et d’aménagement du territoire notamment. Agnès Buzyn mettait d’ailleurs elle-même en avant, dans la feuille de route adressée à Nicolas Revel sur le sujet, l’objectif de la qualité des soins en indiquant que « la confiance des professionnels ET des usagers dans cette pratique à distance est un facteur clé de son développement ».

Ne pas prévoir que participent à la négociation l’ensemble des acteurs impliqués, c’est risquer qu’elle passe largement à côté de ces objectifs prioritaires. Il est encore temps d’y remédier ! 



Partager

← Dépassements d'honoraires... «Pathologies psychiques au travail. Une augmentation qui cache la forêt» →

Laissez un commentaire

Nom : *
Email : *(N'apparaît pas en ligne.)
Site internet :
Commentaire : *
Code de sécurité : Version audio
Recharger l'image
Vérification : *
Réalisé avec © Franceasso.org