Vous êtes ici : > Accueil > Scandale PROXIDENTAIRE

Scandale PROXIDENTAIRE

24/11/2021 16:49 par Site Administrateur


Après DENTAXIA, un nouveau scandale touche les centres de soins dentaires.

Souvent attirés par des annonces de tarifs alléchants les patients se dirigent vers des « professionnels » peu scrupuleux.

Une avalanche d’infractions aurait été relevée

C’est le cas pour les près de 8 000 patients qui sont passés entre les mains des deux Centres PROXIDENTAIRE de Chevigny-Saint-Sauveur (21) et de Belfort (90) qui n’ont pas fait long feu puisque fermés en raison des infractions sanitaires relevées, l’un après un an d’exercice, l’autre après 15 jours.

Une avalanche d’infractions aurait été relevée, dont de multiples mutilations volontaires, actes de soins fictifs ou inappropriés, des surfacturations, des défauts ou absence de stérilisation du matériel et d’hygiène en général …

Ces fermetures qui ont eue lieu durant l’été ont laissé sur le carreau des centaines de personnes dont les soins ont été soit mal faits, soit interrompus ou simplement pas faits, malgré le paiement par tiers payeur.

Des patients mutilés, en souffrance et désemparés

Des patients mutilés, en souffrance et désemparés, confrontés à un abandon de soins et l’impossibilité de les faire reprendre faute de professionnels pouvant s’engager ou de prise en charge financière.

La FNATH se constitue partie civile auprès des victimes PROXIDENTAIRE et a saisi Monsieur Olivier Véran, Ministre de la Santé pour demander la mise en place immédiate d’un Comité de suivi et d’indemnisation des victimes, et permettre la reprise ou la poursuite des soins et la reconnaissance des préjudices subis par ces patients.

Un Comité de suivi permettra surtout une prise en charge égalitaire, rapide et efficace de tous les patients concernés et évitera des laissés-pour-compte faute de moyens ou d’accompagnement.

Ces victimes ont les mêmes droits que les autres victimes d’infractions, et notamment celui d’être accompagnées dans le processus de réparation.

Il faudra, enfin, s’interroger sur un système sanitaire dont l’organisation ou le manque de moyens ne permet pas de protéger les assurés sociaux en amont.


Partager

Capital décès pour les exploitants agricoles : Le Sénat vote POUR →

Laissez un commentaire

Nom : *
Email : *(N'apparaît pas en ligne.)
Site internet :
Commentaire : *
Code de sécurité : Version audio
Recharger l'image
Vérification : *
Réalisé avec © Franceasso.org